[Covid-19] Ce qui va changer pour les Edtech


ajouté le 20 mars 2020 par Anne-Céline

par Fabien Audat, développeur de marchés au SPN

Tout va changer, plus rien ne sera comme avant…

Cette maxime me trotte dans la tête depuis ce fameux jeudi 12 mars à 20h00 où le Président de la République annonçait un confinement partiel des français avec la fermeture des établissements scolaires, de la maternelle à l’université.

Une fois la première vague d’effroi passée et les premières dispositions logistiques prises pour assurer, comme tout parent, des bonnes conditions de garde à domicile, une lueur d’espoir est vite revenue dans mon esprit.
Garder les enfants à la maison c’est bien, leur assurer un suivi scolaire c’est quand même beaucoup mieux. Et si la crise du COVID-19 était l’occasion de montrer enfin l’impérieuse nécessité de développer les EDTECH, c’est-à-dire les solutions numériques pour l’éducation et la formation, et en particulier les solutions d’enseignement à distance !

Plus tard dans la soirée, je rallume mon poste TV et tombe sur une allocution de JM Blanquer qui annonce que la plateforme du CNED “Ma classe à la maison”, ouverte au début de la propagation du virus lorsque les enfants français vivant en Chine et en Italie ont été confinés, puis étendue au département de l’Oise, va être généralisée à toute la France. Déjà, l’espoir renaît. Le Ministère s’est organisé et s’est appuyé sur “Poitiers, capitale de l’Education” pour assurer une Continuité Pédagogique. Une réponse robuste au problème.

 

Un élan de solidarité de toute la filière EDTECH française

Rapidement, dans les jours suivants, le mot se passe entre les acteurs de la filière : et si c’était une occasion unique de démontrer que numérique et éducatif font bon ménage ?
La situation est inédite – et difficile pour beaucoup de parents qui doivent allier télétravail et soutien scolaire. Alors, instantanément, des élans de solidarité s’organisent pour mettre à disposition toutes les ressources pédagogiques mais aussi les outils, les plateformes qui permettent d’apprendre, de réviser, de se divertir de façon ludo-éducative, organiser des cours à distance ou assurer une bonne gestion des temps écran / hors écran (et de façon moins passive que dans le canapé devant la télévision- bien que là aussi l’Etat s’organise pour faire évoluer les contenus vers une #Nationapprenante !) (1)

Très rapidement, dans le week-end, le confinement total est annoncé et ce qui était une problématique enseignant / parent / enfant devient générale et concerne aussi le maintien des formations professionnelles. On peut imaginer aussi que cette période de ralentissement économique, qui va malheureusement engendrer une période de chômage technique ou tout au moins de baisse d’activité, va être l’occasion pour les salariés de suivre des formations en ligne.

Et c’est ainsi que les initiatives se sont multipliées. La plus notable d’entre elle est celle d’EdTech France à laquelle s’est associée le SPN et de nombreux autres acteurs de la filière. En moins d’une semaine, plus de 150 solutions ont été référencées sur un site dédié, dont plusieurs basées en Nouvelle-Aquitaine : Sim For Health, Keyro Learning Solutions, ProgrammePi, MarboticProf en Poche, 7-Shapes, Gymglish, Réseau Canopé, Magik Eduk, Dipongo

Ces solutions sont révélatrices de la diversité des EDTECH en France : enseignement à distance, ressources pédagogiques, outils de gestion ou de certification, …, pour les enseignants, les formateurs, les parents, les apprenants … dans les domaines de l’industrie, de la santé, des langues vivantes des maths, du français …

Le SPN a mené un travail complémentaire avec la Région Nouvelle-Aquitaine pour recenser les solutions régionales et voir quels contenus peuvent être intégrés à l’ENT des lycées (Environnement Numérique de Travail). D’autres appels tels que ceux de France Edunum International ou du Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse permettront d’apporter une réponse structurée à la problématique de la formation à distance pour l’après COVID-19.

 

Une filière encore fragile et méconnue à l’international

Alors bien sûr, on peut s’offusquer en partie de cet élan soudain de solidarité et y voir une action purement mercantile pour acquérir une notoriété et une communauté d’utilisateurs. On peut aussi s’étonner du nombre d’initiatives nées en parallèle tant le nombre d’acteurs à proposer une démarche individuelle ou collective est similaire… Cela dénote un manque de coordination de la filière EDTECH française, certes. Mais les dirigeants de cette filière sont tous ou presque des entrepreneurs sociaux qui ont clairement fait passer le bien collectif avant leur intérêt personnel !

Surtout, il est bon de rappeler aux plus sceptiques que la filière EDTECH a du mal à se structurer et à se développer en raison d’un investissement insuffisant depuis plusieurs années. Depuis l’apparition du COVID-19, le Ministère de l’Estonie a mis à disposition de la communauté internationale son système numérique éducatif (2). L’UNESCO a publié une liste des plateformes disponibles pour continuer de se former à distance … Et aucune n’est française (3)

 

Je disais donc : tout va changer, plus rien ne sera comme avant…

Il est bien trop tôt pour tirer des conclusions sur la gestion de la crise et la continuité pédagogique qui a été mise en oeuvre. Les solutions mises à dispositions gratuitement ne sont sans doute pas toutes parfaites, les entreprises de la EDTECH étant encore assez petites et fragiles dans leur ensemble. Alors oui, bien sûr, il risque d’y avoir des Bugs, des montées en charge difficiles à anticiper entraînant des ralentissements voir des déconnexions, des incompréhensions sur les consignes ou des expériences utilisateurs encore un peu hasardeuses… Mais je suis convaincu que le fait de pouvoir tester tous ces nouveaux supports pédagogiques va faire évoluer les mentalités. Le numérique est bien au service des formateurs et des apprenants, pas en remplacement !

 

Le SPN anime la filière EDTECH régionale, en portant et s’impliquant dans des dispositifs d’accélération et d’expérimentation. Nous avons notamment lancé Start Innov’ Studio, le 1er accélérateur dédié aux startups Edtech, dont la 2e saison qui est en cours accueille des projets régionaux et nationaux.

Le SPN s’implique aussi activement dans l’organisation d’un espace de débats et d’idées sur le sujet. Dans le cadre notamment d’In-FINE, le tout nouveau Forum International du Numérique pour l’Education, dont la manifestation principale est malheureusement reportée en juin 2021.

Le SPN s’engage pour ce changement en profondeur des Edtech.
Tout va changer, plus rien ne sera comme avant…  C’est vrai pour la santé, l’environnement, l’économie mais aussi l’éducation et la formation !

 

(1) https://twitter.com/jmblanquer/status/1240248157109395456

(2) https://e-estonia.com/covid-19-is-likely-to-change-the-future-of-learning-in-estonia-this-is-old-news/
https://estonianworld.com/knowledge/estonia-offers-its-digital-education-solutions-for-free-to-support-other-countries/

(3) https://en.unesco.org/news/one-five-learners-kept-out-school-unesco-mobilizes-education-ministers-face-covid-19-crisis

 

Source image : https://inc42.com/features/budget-2019-edtech-startups-demand-gst-be-cut-from-18-to-5/